Compagnia Arakne Mediterranea - Suoni, canti e danze tradizionali del Salento e della Puglia

È bbiake ta vestiria tis ARAKNE,

ce ta KULURIA tis i thea ATHINA

ENSEMBLE ARAKNE MEDITERRANEA

L’ensemble Arakne Mediterranea a emrpuntè son nom à “Arakne” Arakne (Arachni) était une jeune princesse grecque qui fut transformèe en araignèe par la desse Athéna (selon Ovide, Mètamorphoses, VI, vv. 1-145) Arakne s’attira les foudres divines en gagnant un concours de tissage contre la desse méme. Aussi décida-t-elle de se prendre.Toutefois Athéna lui accorda grace, lui lassaint la vie, et la trasforma en araignée. 

La compagnie Arakne Mediterranea travaille sur le territoire du Salento (Lecce) plus de quinte annè avec les administration local e regional, elle est composè du artiste qui se proposé de fair coinnaitre quel que in Greco s’appelle“Dromena”, les actions, les usages, les coutumes, la danse, les chants di expression populaire. 

UN PEU D'HISTOIRE

La tarentelle (tarantella) est une danse folklorique d'Italie, aux pas très rapides sur un rythme entrainant en 6/8 temps, souvent accompagnée aux tambourins.
Les origines de cette danse sont liées au “tarantisme”, maladie ou sorte d'hystérie apparue en Italie entre le XV et le XVII, siècle, dont la cause obscure serait la piqúre d'une tarentule. La guérison des victimes passerait par une danse effrénée.

La présence de la tarentule en Italie remonte aussi loin que le X siècle. Toutefois, moins dangereu­se que la latrodectus (ou veuve noire), au poison mortel. Ces deux araignées sont aujourd'hui enco­re présentes sur la péninsule italienne et les cótes méditerranéennes.

Comme les effets de certaines piqúres d'araignée auraient été guéries par la musique et la danse, cette pratique fut adoptée dans tout le sud de l'Italie. Dès le XIV siècle, ce type de danse fut de fait considéré comme avant des vertus thérapeutiques, permettant de neutraliser le poison hypo­thétique (ou réel) detarentula. Une tarentulée ("tarantata"), nom donne à une femme qui a été piquée par une tarentule ‑ l'affection ayant apparemment un effet moindre chez les hommes ‑, répondrait au stimulus de rythmes de tambours, de sons et de couleurs spécifiques et après plu­sieurs jours de danse parviendrait à guérir des effets du poison. 

En 1621, R. Frianoro écrivait dans Il Vagabondo (Le Vagabond), Viterbo: 

Ces ìndividus (des femmes prmcipalement) prétendent avoir été piqués par un animal quelconque vivant dans la region de Tarante (d'où son nom) el seraient frappés d'une sorte de folie. Ils titubent, se frappent la téte, et leurs genoux, tremblent. Souvent, ils chantent au son de la musique et se mettent à danser, leurs livres remuant frénétiquement, comme s'ils marmonnaient, ils grincent des dents et font les pitres. Bien qu’ils ne demandent rien, un personne les accompagne, prévenant sur leur passage que l’individu est un “tarentulé” et recueillant des oboles pour sa guérison…… 

Plus tard, on donna à ces danses et musiques originaires de Tarente le nom detarentelle (tarantella). 

Selon un naturaliste allemand, W. Katner (1956) les vagues épidémiques de danses commencèrent à partir du XVII, siècle sous la forme de fétes populaires. Les musiciens et participants venaient de divers villages. Les femmes tenaient le róle principal dans ces danses. Ces fétes qui donnaient lieu à des danses débridées étaient jugées licenciuses par l’Eglise qui les interdisait. Malgré cette intertiction, ces danses rituelles, aux raciness profondément ancrées chez le people, continuèrent à etre pratiquées pendant tout le Moyen –Age et plus tard devinrent populaires sous le nom de tarantellas, dansées lors des fetes locales. 

LES TROIS TARANTES:

Aujourd’hui seulement trios formes de danse issues de la trés ancienne Taranteont survecu: 

1) Pizzica - Taranta: Est une danse curative interprétée par un seul individu ou en groupe. Elle tient ses origines de l’ancien rituel destiné à guérir les tarentulés (victimes de piqures de tarentule) et du pelerinage qu’ils faisaient à galatina (près de Lecce) 

2) Pizzica - de core (joie): est aujourd’hui dansée à l’occasion des fetes populaires, mariages, baptemes et/ou célébrations à caractére familial. 

3) Pizzica - Scherma: (danse des conteaux) est encore pratiquée aujourd’hui dans la province de Lecce, dans le village de Torrepaduli à l’occasion de la foire annuelle aux bestiaux et dela fete de la Saint Rocco (15 et 16 aout).

Informations recuillies auprés de Giorgio Di Lecce

Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea Copyright © Arakne Mediterranea COPYRIGHT © ARAKNE MEDITERRANEA

News & Eventi

15Ott '17

festeggiamenti civili in onore della madonna della mercede

campi salentina - piazza libertà - ore: 21.00
... read more
26Ago '17

Guercino Rock Suoni e Voci della Taranta

Piazzale della Rocca di Cento – Cento (FE) – inizio concerti ore 21:30
... read more
15Lug '17

concerto spettacolo

cupello (ch) - piazza garibaldi - 21.30